La Crise

L'insupportable violence contre les enfants

En Suisse, chaque année, des milliers de mineurs sont victimes ou auteurs d'actes de violence ou d'abus sexuels qui entraînent des conséquences psychiques graves, marquant parfois toute une vie. Aussi insoutenable que soit cette violence sur des enfants, il est impératif d'y faire face afin d'y apporter des solutions efficaces.

A propos de violence physique

Chaque année, l'Office Fédéral de la Statistique recense plus de 1'400 mineurs victimes d'infractions de violence en Suisse romande. Or, il est estimé que seuls 10 % des cas sont déclarés. Le nombre réel de victimes pourrait donc plutôt avoisiner 14'000 mineurs.

A propos d'abus sexuels

Selon l'étude Optimus Suisse de 2012 menée sur plus de 6'700 élèves suisses âgés de 15 à 17 ans et quelque 324 organismes de protection de l'enfance:

  • Un jeune sur sept a déjà subi des rapports sexuels ou été touché dans ses parties intimes, et ceci contre son gré; cela signifie qu'en Suisse romande, sur les 460'131 jeunes recensés par l'OFS en 2014, plus de 67'000 auraient été victimes d'abus sexuels.
  • La probabilité d'être victime d'une agression sexuelle est deux à trois fois plus élevée pour les filles que pour les garçons.
  • Les jeunes qui ont déjà été victimes d'abus sexuels courent huit fois plus de risque de l'être à nouveau.
D'autre part, les auteurs des abus varient avec l'âge de la victime: le plus souvent, les enfants d'âge préscolaire sont abusés par un adulte appartenant à la famille, tandis que les adolescents sont abusés par un jeune de leur âge.
La violence sexuelle perpétrée par des mineurs s'inscrit dans un contexte général de violence et de négligence. Les jeunes délinquants sexuels exercent souvent d'autres formes de violence et sont eux aussi victimes de violences.
Le besoin
L'enfant tend à croire que ce qu'il vit ou ce qu'il voit est normal. Il est difficile de lui faire prendre conscience des dangers qui l'entourent et qui sont de plus en plus nombreux dans un monde complexe. Malgré le rôle éducatif des parents, l'enfant est confronté à toutes sortes de situations inconnues et pas toujours faciles à gérer.
Les modules développés par l'association Patouch permettent à l'enfant de comprendre qu'il y a certaines limites qu'aucune personne ne peut dépasser, qu'elle soit proche ou moins proche de lui.
Pour que cessent les violences et les abus envers les enfants
Créée en 2000 et fondée officiellement en 2004, l’association Patouch a pour mission de lutter contre les abus sexuels et les violences physiques et psychiques impliquant les enfants et les adolescents. Cette organisation non gouvernementale (ONG) à but non lucratif est reconnue d’utilité publique.
 
Patouch agit par différents moyens pour protéger les mineurs:
  • par des campagnes de prévention;
  • en donnant aux enfants les outils de base pour se protéger de la violence et des abus au moyen de cours.
Des campagnes pour prévenir les violences à tous les niveaux
Les campagnes de prévention sont essentielles auprès de tous les acteurs:
  • auprès des enfants victimes de violence ou d’abus, pour les aider à sortir du silence;
  • auprès de tous les enfants et adolescents, afin qu’ils sachent reconnaître les dangers;
  • auprès des abuseurs et abuseurs potentiels afin qu’ils ne puissent pas profiter du silence des enfants et de la faible visibilité de la problématique;
  • auprès des responsables politiques, pour qu’ils adoptent une vraie politique de prévention des violences.
Des cours pour apporter une solution concrète et efficace
Patouch donne des cours aux enfants dès 6 ans dans les écoles mais aussi aux adolescents et aux adultes (HEP, collèges, etc.). Le cours dure une demi-journée. Chaque cours comprend une partie théorique et interactive autour de l’agression, suivie d’une partie de mise en pratique.
Pendant la partie théorique, les enfants:
  • parlent des sentiments que la peur provoque;
  • apprennent à gérer leur peur;
  • intègrent la notion de respect de soi et des autres;
  • apprennent à reconnaître et maîtriser leur propre violence pour ne pas devenir auteur;
  • identifient les limites liées à leur corps et leur intimité;
  • apprennent concrètement à dire NON lorsque ces limites sont franchies.
Pendant la partie pratique, les enfants:
  • prennent conscience de leur droit de se défendre et de défendre les autres;
  • s’exercent à appeler au secours de manière efficace;
  • identifient les situations qui pourraient être dangereuses;
  • apprennent à éviter les pièges dans lesquels ils pourraient être entraînés;
  • apprennent comment agir s’ils ont été victimes ou témoins d’une agression;
  • découvrent et exercent des techniques de défense.
Faits et chiffres
Aujourd’hui, seule une minorité d’enfants sait se protéger.
En 15 ans d’existence, Patouch a dispensé son cours auprès de plus de 8’000 enfants dans les classes primaires de Suisse romande. En d’autres mots, ce sont 8’000 enfants qui savent se protéger en cas d’agression!
Malheureusement, le cours n’est donné qu’au bon vouloir des établissements scolaires; à ce jour, trop peu d’enfants en bénéficient.
Avec les financements nécessaires, Patouch pourrait, chaque année, sensibiliser dans les classes les enfants et adolescents, leur donnant ainsi les outils pour se protéger d’une agression.
Pour Bernard Jaquet, président de Patouch, la situation est inadmissible. «On ne peut pas continuer à compter les victimes sans rien faire!» s’emporte-t-il. Pour y remédier, Patouch agit afin que l’Etat inscrive cet enseignement d’une demi-journée dans le programme obligatoire des classes primaires. Ainsi, tous les enfants apprendront à se protéger des violences et des abus.

Le nerf de la guerre

Aujourd’hui, Patouch est limité dans son action par ses moyens financiers et le manque de formateurs.
Les frais des cours sont partiellement couverts par les écoles ou les participants; les campagnes de prévention comptent entièrement sur la générosité de mécènes et de partenaires.

 

Nous avons besoin de vous pour poursuivre notre action, afin de:
  • sensibiliser le monde politique;
  • prévenir la violence et les abus par le biais de campagnes;
  • professionnaliser et pérenniser notre action.
Une campagne de prévention
«Faites le geste qui ne sera jamais déplacé: un don.»
Donnez-nous les moyens de protéger nos enfants! En choisissant d’aider Patouch, vous témoignez votre solidarité avec les enfants de Suisse romande; vous contribuez aussi à créer un monde dans lequel ils sont à l’abri des violences physiques et psychiques, ainsi que des abus sexuels.
Le partenariat
Donnez-nous les moyens de protéger nos enfants!
En choisissant d’aider Patouch, vous témoignez votre solidarité avec les enfants de Suisse romande; vous contribuez aussi à créer un monde dans lequel ils sont à l’abri des violences physiques et psychiques, ainsi que des abus sexuels.
Patouch étant une association à but non lucratif, vos dons vous donnent droit à une réduction d’impôts
Vous pouvez nous aider!
Que vous soyez une entreprise, une fondation, une organisation, une commune ou un canton, votre soutien est précieux et permet à Patouch de poursuivre sa mission. Chaque don est le bienvenu, quelle que soit son importance. A partir de CHF 1’000.– de dons, votre entreprise devient un partenaire de Patouch et apparaîtra sur notre site www.patouch.ch pendant une année.
Le résultat
Des outils de protection efficaces pour toute une vie.
Les enfants qui ont suivi les cours de Patouch acquièrent les outils pratiques de prévention et sont capables de les utiliser en cas de situation dangereuse.
«Avant, je me serais laissée faire. Maintenant, je sais que je peux me défendre et que j’ai de grandes chances de mettre mon agresseur en fuite.» témoigne une participante.
De plus, ces capacités seront utiles au cours de toute la vie: de nombreux adultes agressés – dont des femmes violées – n’ont à aucun moment réussi à contrer leur agresseur.
Pour Bernard Jaquet:
«Il est évident que lorsqu’une personne est capable de dire clairement et fermement "non", la plupart des agresseurs sont stoppés dans leur élan».