Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Star de la cour ou souffre-douleur ?

Un enfant reçoit 257 messages sur son téléphone portable. Est-il la star de la cour ou le souffre-douleur ?

Le harcèlement scolaire touche au moins un enfant par classe et 30% des victimes n’osent pas en parler. Les proches, parents, enseignant·e·s, ami·e·s doivent absolument ouvrir et maintenir le dialogue afin de briser la chaîne du silence.

Les vidéos

La petite Léa, 11 ans, croule sous les lettres d’insultes qu’elle reçoit toute la journée. Ces lettres, elle est la seule à les voir. En classe, dans le bus, lors d’un entraînement de basket, à table, dans son lit : elle n’a pas une seconde de répit. Ses proches ne remarquent pas son désarroi.

Léa est donc seule et triste face à des violences psychologiques qui ne devraient pas exister. Mais elle n’en parle pas. Elle se mure dans le silence, comme 30% des victimes de harcèlement scolaire.

Alors comment mettre fin à ces situations insoutenables ? Ce sont les proches qui doivent agir en ouvrant le dialogue.

De simples questions peuvent suffire afin de donner l’impulsion pour faire changer les choses : « Léa, ça va, tu as des soucis ? Tu veux en parler ? ».

Grâce à sa nouvelle campagne de prévention, Patouch souhaite valoriser le bon comportement à adopter pour briser la chaîne du silence.

Ne l’oublions pas : en Suisse, au moins un enfant par classe est victime de harcèlement scolaire.