Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Pourquoi agir ?

 

L’insupportable violence contre les enfants

En Suisse, des milliers de mineur·e·s sont victimes ou auteurs·trices d’actes de violence ou d’abus sexuels qui entraînent des conséquences psychiques graves, marquant parfois toute une vie. Il est ainsi impératif d’y faire face et d’apporter des solutions efficaces.

Chaque année, l’Office Fédéral de la Statistique recense plus de 1’400 mineur·e·s victimes d’infractions de violence en Suisse romande. Or, il est estimé que seuls 10 % des cas sont déclarés. Le nombre réel de victimes pourrait donc plutôt avoisiner 14’000 mineur·e·s.

Enfants avec bottes de pluie

La situation actuelle

L’observatoire de la maltraitance envers les enfants de l’Université de Lausanne (OME) s’est penché sur l’ampleur des maltraitances envers les enfants déclarées aux autorités helvétiques. L’étude Optimus s’est déployée sur environ 3 ans (2015-2018) et sur l’ensemble du territoire.

L’étude Optimus de 2018 distingue 6 formes de mauvais traitements, classés ci-dessous du plus au moins courant.

  • Négligence;
  • Maltraitance physique;
  • Maltraitance psychique;
  • Témoins de violences conjugales;
  • Maltraitance sexuelle;
  • Autres formes.

De plus, toujours selon les données de l’étude Optimus 2018 :

  • La probabilité d’être victime d’une agression sexuelle est 2,5 à 3 fois plus élevée pour les filles que pour les garçons.
  • Dans 3 cas sur 4, l’auteur·trice de la menace pour l’enfant est un·e proche.

Le besoin

L’enfant tend à croire que ce qu’il vit ou ce qu’il voit est normal. Il est difficile de lui faire prendre conscience des dangers qui l’entourent et qui sont de plus en plus nombreux dans un monde complexe. Malgré le rôle éducatif des parents, l’enfant est confronté à toutes sortes de situations inconnues et souvent difficile à gérer.

Les modules développés par l’association Patouch permettent à l’enfant et l’adolescent·e de comprendre qu’il y a certaines limites qu’aucune personne ne peut dépasser, qu’elle soit proche ou moins proche de lui.

 

Pour que cessent les violences et les abus envers les enfants

Créée en 2000 et fondée officiellement en 2004, l’association Patouch a pour mission de lutter contre les abus sexuels et les violences physiques et psychiques impliquant les enfants et les adolescent·e·s. Cette organisation non gouvernementale (ONG) à but non lucratif est reconnue d’utilité publique.

Des campagnes pour prévenir les violences à tous les niveaux

Nos campagnes de prévention sont essentielles :

  • auprès des enfants victimes de violence ou d’abus, pour les aider à sortir du silence;
  • auprès de tous les enfants et adolescent·e·s, afin qu’ils/elles sachent reconnaître les dangers;
  • auprès des abuseurs·euses et abuseur·euses potentiels·les afin qu’ils/elles ne puissent pas profiter du silence des enfants et adolescent·e·s et de la faible visibilité de la problématique;
  • auprès des responsables politiques, pour qu’ils/elles adoptent une vraie politique de prévention des violences.
  • auprès de chaque acteur·trice de notre société, car il s’agit d’un problème sociétal majeur.
Des cours pour apporter une solution concrète et efficace

Chaque cours comprend une partie théorique et interactive, suivie d’une partie de mise en pratique. Pendant la partie théorique, les enfants : 

  • parlent des sentiments que la peur provoque;
  • intègrent la notion de respect de soi et des autres;
  • identifient les limites liées à leur corps et leur intimité.

 Pendant la partie pratique, ils :

  • prennent conscience de leur droit de se défendre et de défendre les autres;
  • s’exercent à appeler au secours de manière efficace;
  • identifient les situations qui pourraient être dangereuses.

Ces cours ont été évalués scientifiquement en 2021 par l’Université de Lausanne. Les conclusions sont sans appel : le programme de prévention Patouch s’avère très efficace et bénéfique sur le long terme. Pour en savoir plus, lisez le rapport d’évaluation des modules d’intervention.

Frère et soeur qui se font un câlin
Le nerf de la guerre

Aujourd’hui, Patouch est limité dans son action par ses moyens financiers et le manque d’intervenant·e·s. Les frais des cours sont partiellement couverts par les écoles; les campagnes de prévention comptent entièrement sur la générosité de mécènes et de partenaires.

Pour Bernard Jaquet, président de Patouch, la situation est inadmissible. «On ne peut pas continuer à compter les victimes sans rien faire!» s’emporte-t-il. Pour y remédier, Patouch agit afin que l’Etat inscrive cet enseignement dans le programme obligatoire des classes primaires. Ainsi, tous les enfants apprendront à se protéger des violences et des abus. 

Nous avons besoin de votre soutien financier pour poursuivre notre action, afin de:

  • sensibiliser la société et le monde politique;
  • prévenir la violence et les abus par le biais de campagnes;
  • professionnaliser et pérenniser notre action.

 

Le résultat

Des outils de protection efficaces pour toute une vie.

Les enfants et adolescent·e·s qui ont suivi les cours de Patouch acquièrent les outils pratiques de prévention et sont capables de les utiliser en cas de situation dangereuse.

« Avant, je me serais laissée faire. Maintenant, je sais que je peux me défendre et que j’ai de grandes chances de mettre mon agresseur en fuite », témoigne Elodie une jeune participante de 13 ans.