Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Coup de projecteur sur Benohit

Benoît Schmid, alias Benohit, est illustrateur, vidéaste et musicien. Il a réalisé plusieurs vidéos pour Patouch ainsi que la brochure que nous distribuons aux élèves auprès desquels nous intervenons. Coup de projecteur sur cette personnalité romande.

Comment choisis-tu les projets sur lesquels tu travailles ?

En étant indépendant, je cherche un équilibre entre une relative stabilité financière, l’intérêt public, ce dont j’estime être capable de faire, et surtout une bonne dose d’amusement. J’essaie de choisir les mandats en fonction de mes valeurs, et j’essaie au mieux de faire des choses qui ont du sens à mes yeux. Je recherche avant tout le contact direct avec mes clients, car j’aime mener le projet en étroite collaboration avec eux.

Quelles techniques artistiques utilises-tu ?

J’aime beaucoup la vidéo d’animation, qui amène une grande liberté d’expression, par la création de personnages, le rythme de la narration, la musicalité… Par exemple, dans les capsules de prévention réalisées avec Patouch, j’utilise l’histoire du prédateur comme métaphore propre au monde animalier, pour mettre en scène des situations délicates à raconter sans deuxième degré.

J’ai toujours aimé les petits personnages. Déjà tout gamin, j’étais complètement fan des Babibouchettes. Je me souviens que j’adorais aussi m’enregistrer sur des cassettes. Aujourd’hui j’essaie de conserver ce côté bricolo-poétique propre à l’artisanat. Dans ma pratique d’indépendant, j’ai appris à développer la narration avec un débit plus maîtrisé, une voix plus posée, mais sans oublier une bonne dose d’humour. Ça rythme mes projets vidéo et ça leur ajoute de la vie.

Je suis aussi musicien et producteur. La musique, ça doit sonner juste et c’est ma référence pour mon travail de narration. C’est plus une compétence qu’un métier, même si récemment, j’ai rejoint le groupe Aliose, comme illustrateur de scène, au piano et aux voix.

Avec Patouch, tu abordes des sujets souvent tabous ou difficiles. Comment appréhendes-tu ce type de projet ?

Dans la conduite d’un projet, j’ai un double-processus : je demande au client un maximum de documentation puis je regarde si je suis aligné avec le projet, si ça a du sens pour moi de le faire. Pour être honnête, c’est rare que ça colle à 100%, mais je garde néanmoins cet aspect en tête pour ajuster petit à petit mon chemin. Pour Patouch, je suis allé suivre le module 1 du cours de prévention donné dans une classe primaire. Le premier mandat que j’ai obtenu était la réalisation de la vidéo de présentation de l’association. 

Assez rapidement, le hérisson du logo m’a donné envie de rester dans monde du dessin d’animaux, et de représenter les situations via ces petits personnages symboliques. Je garde toujours en tête cette question : comment raconter/montrer les choses sans faire peur ou tomber dans le cliché. C’était important pour moi que les histoires ne suscitent pas la crainte, malgré la dureté des thèmes à traiter. C’est délicat d’aborder un sujet tel que la violence, et de faire de la prévention sans planter des graines de méfiance ou de peur. C’est primordial de trouver un équilibre, et c’est ce que j’essaie de faire du mieux que je peux.

Pour découvrir son travail, visitez son site Internet!